Il est question ici des banques commerciales qui ont par nature vocation à réaliser un profit sur l’ensemble de leurs opérations. Outre les fonds permanents mobilisés par leurs actionnaires, les banques « travaillent » surtout avec des fonds déposés par des particuliers, commerçants, artisants entreprises ou empruntés auprés de la Banque Nationale. Elle doit être à tout moment en mesure de rembourser les sommes mises en dépôt ou empruntées.
De telles banques ne peuvent dès lors s’engager dans des missions d’intérêt public qui les amèneraient à ne pas atteindre tous les objectifs suivants:

  • assurer la couverture du coût complet moyen de chaque opération engagée;
  • prélever une prime de risque destinée à mutualiser le risque encouru notamment pour toutes les opérations de crédit (retard de remboursement, faillite du débiteur…) non couvertes par des garanties certaines (aval, caution, immeubles…);
  • réaliser une marge.

Dans le cadre de ses relations avec les entreprises, une banque devrait remplir plusieurs fonctions ou rôles. Ces différents rôles ne sont pas toujours bien perçus et cette incompréhension est encore amplifiée par la venue du concept de la  » banqu’assurance  » et , plus récemment, par l’influence sur le comportement des banques des récents accords dits de Bâle imposant aux banques des critères de crédit assez stricts.
On peut décrire les différents rôles de la banque de la manière suivante :

Fournisseurs de services relatifs aux diverses transactions

  • gestion des comptes courants : recettes et paiements
  • encaissements divers
  • paiements internationaux y compris remises documentaires
  • émission de garanties

Pour rendre ces services, la banque doit mettre en place une infrastructure permettant d’enregistrer tout mouvement dans les comptes , de réaliser la conversion de la monnaie fiduciaire en scripturale, d’assurer les transferts chez les correspondants et délivrer, à ses clients, des extraits de comptes servant de justificatifs à ces opérations
L’évolution récente des technologies de la communication a amené les banques à se positionner dans les domaines des transferts électroniques, des guichets automatiques, de l e’banking et des relations par internet.

Partenaire / Conseiller financier

La banque est un fournisseur d’informations à caractère financier, économique ou commercial. Elle doit mettre en place la capacité de collecte et d’analyse de ces informations ( renseignements commerciaux, études économiques, … ).
Ici encore l’introduction des nouvelles technologies de la communication permet aux banques d’intensifier leur rôle de conseiller et de fournisseur d’informations.
Le rôle de la banque , dans ce domaine , sera de fournir à tout client une information complète et fiable de manière simple et rapide pour un coût minimum.

Fournisseurs de crédits

Le rôle le plus connu et faisant actuellement l’objet de beaucoup d’incompréhension est celui du fournisseur de crédit. C’est aussi , à ce jour, le rôle le plus important comme acteur du monde économique.
Ce rôle consiste à fournir aux entreprises les crédits nécessaires , sous les formes appropriées et aux conditions les plus favorables. Le problème est de définir ce qu’est un crédit nécessaire. Les critères de décision de l’octroi de crédits sont éminemment subjectifs et fortement influencés par des contraintes externes telles que les réglementations nouvelles.
Les modifications relativement récentes du comportement des banques dans leur rôle de dispensateur de crédits sont mal comprises et surtout mal acceptées par les entreprises.
En Belgique, pendant de nombreuses années, les banques ont accordé des crédits de manière généreuse, aussi bien au niveau des taux que des montants, mais en se garantissant régulièrement sur des actifs extérieurs à l’entreprise. Cette pratique a pour conséquence que beaucoup d’entreprises ne sont , aujourd’hui, pas suffisamment capitalisées et sont donc dépendantes de crédits importants. Les récentes modifications d’attitude des banques par rapport à l’octroi des crédits sont mal perçues par les entreprises et cela crée une incompréhension qui résulte principalement d’une communication insuffisante des banques sur ce sujet.

Fournisseur de divers produits d’assurance

Depuis les regroupements entre des banques et des compagnies d’assurances en unité intégrées, un nouveau rôle de ces institutions a vu le jour : celui de conseillers en  » assure-finance « .

 

Voir aussi :